Auteur : votrecm

Formez-vous aux réseaux sociaux avec mon cours en vidéo

Les réseaux sociaux sont devenus incontournables, avec plusieurs milliards d’utilisateurs dans le monde. Ils permettent à tous de faire connaître son activité, avec un budget limité. Mais cela ne s’improvise pas, et nécessite de connaître de nombreuses techniques. C’est pourquoi j’ai créé un cours en vidéo, afin de vous permettre de vous former à votre rythme et pour moins de 20 euros.

Cliquez ici pour rejoindre le cours et profiter d’une réduction de 50% !

Ce cours s’adresse à celles et ceux qui veulent mieux utiliser les réseaux sociaux à des fins professionnelles, par exemple :

  • Si vous êtes un commerçant qui souhaite trouver de nouveaux clients
  • Si vous êtes en charge de la communication d’une association
  • Si vous êtes un blogueur qui souhaite élargir son audience
  • Si vous êtes le chargé de communication d’une entreprise qui souhaite aller sur les réseaux sociaux.

Vous n’avez pas besoin d’être un expert des réseaux sociaux pour suivre ce cours, qui abordera tous les fondamentaux : sur quels réseaux sociaux dois-je me lancer ? Que dois-je publier ? Comment fonctionnent les algorithmes ? Comment dois-je m’adresser aux internautes ?

En seulement quelques heures, vous disposerez de bases solides pour vous lancer sur les réseaux sociaux de façon efficace. Vous gagnerez d’abord du temps, parce que vous saurez comment bien faire sur les réseaux sociaux. Mais vos résultats seront aussi plus efficaces, car vous maîtriserez le fonctionnement de ces réseaux, qui sont des médias très particuliers.

Vous y obtiendrez des réponses aux questions que vous vous posez au quotidien dans l’animation de vos réseaux sociaux :

✅ Que dois-je publier ?
✅ Comment fonctionnent les algorithmes ?
✅ Comment dois-je m’adresser aux internautes ?
✅ Comment choisir ma stratégie et ma ligne éditoriale ?
✅ Comment faire réagir mes lecteurs ?

Publicités

Arrêtez de courir après les fans sur Facebook !

Depuis que Facebook existe, les yeux sont rivés sur le nombre de fans d’une page. 10 fans gagnés, c’est mauvais. 100 fans gagnés, c’est correct. 1 000 fans gagnés, c’est formidable. Vous avez sans doute connu la pression d’un membre de votre entourage disant : « Tu communiques beaucoup sur Facebook, mais tu n’as pas beaucoup de fans ! » ou encore « Notre prochain objectif est d’obtenir 2 000 fans de plus ». Tout ceci n’a aucun sens.

Vous ne devez pas viser la quantité, mais la qualité. L’intérêt de Facebook est de pouvoir adresser un message aux personnes qui sont susceptibles d’acheter vos produits, de rejoindre votre association et de s’abonner à votre newsletter. Vous être restaurateur à Perpignan, est-ce vraiment utile d’avoir des milliers de fans en Bretagne ? Avoir de nombreux fans est flatteur, mais cela ne sert en rien votre objectif.

Avoir trop de fans est inutile, et parfois néfaste

Non seulement c’est inutile, mais pire, avoir de nombreux fans non ciblés est néfaste. En effet, la seule façon pour que vos messages soient diffusés est d’obtenir des interactions (likes, commentaires ou messages). Or, si 90 % de vos fans sont peu intéressés par votre contenu, le nombre d’interactions sera réduit. Donc vos messages obtiendront une portée minime. Ainsi, même vos prospects ne verront plus s’afficher vos messages.

J’ajoute que plus vous avez de fans, plus la portée est faible. Toutes les études vont dans ce sens, et mon expérience le confirme. Sur ma page comptant 500 fans, j’obtiens une portée de 100 % environ. Sur ma page de 4 500 fans, la portée chute à 50 %. Et sur ma page à 16 000 fans, elle atteint difficilement 15 %. Augmenter la taille de votre communauté n’est donc pas sans inconvénient, surtout si les nouveaux fans n’ont aucune valeur.

(suite…)

3 façons de pousser vos lecteurs à l’action sur les réseaux sociaux

Vous utilisez les réseaux sociaux pour communiquer, mais votre audience refuse de cliquer sur vos liens ? Voici 3 pratiques très simples à mettre en oeuvre afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Laissez les lecteurs sur leur faim pour qu’ils aillent plus loin

Dans la plupart des cas, votre message sur les réseaux sociaux est un moyen, et non une fin. Il a pour but d’inciter le lecteur à agir : visiter votre site Web, votre catalogue en ligne, à s’inscrire à votre newsletter, à partager… Or, si votre message est complet et offre toute l’information nécessaire, il satisfera l’internaute qui passera à autre chose.

J’ai créé cet exemple de message LinkedIn d’une université qui voudrait séduire de nouveaux étudiants. La formulation est attractive mais volontairement incomplète. L’internaute curieux a envie de cliquer sur le lien pour découvrir la suite. Si les cinq bonnes raisons étaient données dans le message, auriez-vous cliqué ? Moi non !

Une fois le lien cliqué, l’internaute arrive sur le site et découvre les offres de formation. Car on ne s’inscrit pas à une formation directement depuis les réseaux sociaux. Ces derniers ne sont qu’un tremplin pour valoriser le contenu et les offres présentes sur votre site Internet. Considérez donc les réseaux sociaux comme une première étape dans votre tunnel de vente. (suite…)

Réseaux sociaux : recyclez vos contenus !

Non, nous n’allons pas parler de développement durable, mais bien de la façon dont vous pouvez recycler vos contenus sur les réseaux sociaux, et ainsi les réutiliser facilement ! Produire du contenu de qualité nécessite un effort, vous devez par conséquent tirer un maximum de profit de chaque contenu produit. Voici quelques astuces pour y parvenir.

Réutiliser un même contenu de façon subtile sur les réseaux sociaux

Vous êtes en permanence à la recherche de contenu pour le publier sur les réseaux sociaux ? Alors n’hésitez pas à republier plusieurs fois le même. C’est d’ailleurs le conseil de Guy Kawasaki dans son (excellent) ouvrage L’Art des médias sociaux. Il y prouve, chiffres à l’appui, qu’un tweet publié plusieurs fois génère davantage d’interactions et de clics.

Soyez néanmoins prudent, et ne vous contentez pas de faire un simple copier-coller : changez la présentation de votre message, à la fois pour camoufler ce qui au fond reste un matraquage, mais aussi pour jouer sur différentes cordes sensibles chez vos lecteurs :

  • Utilisez une image différente.
  • Changez l’accroche : dans le premier message, placez une citation forte, dans le 2e jouez la carte de l’humour, dans le 3e cherchez davantage l’émotion, etc.
  • Espacez un minimum les publications du même message. Même sur Twitter, attendre au moins une journée est souhaitable.
  • Ne republiez pas les messages qui ont fait un flop. Cela semble évident non ?
  • N’abusez pas de cette pratique sur Facebook, qui contrairement à Twitter n’est pas vraiment adapté à un rythme de publication démentiel.

Si mon astuce semble basique, j’ai souhaité en parler car vous observerez en pratique que les comptes qui l’appliquent sont très rares. Dommage ! (suite…)

Réseaux sociaux : 4 techniques pour bien s’adresser à sa communauté

Pour nouer des liens forts avec les membres de votre communauté, il faut savoir comment dialoguer avec elle. Il existe quelques techniques simples et éprouvées qui marchent.

La 2e personne du pluriel est votre allié

Utilisez au maximum la 2e personne du pluriel dans vos messages, afin de vous adresser directement à vos lecteurs. À l’inverse, évitez les messages impersonnels et généraux, car l’internaute ne se sentira pas vraiment interpellé.

Sur les réseaux sociaux, il s’agit de satisfaire l’ego du lecteur. Pour cela, quoi de mieux que de lui adresser très directement la parole, de lui poser une question, voire de lui demander son avis ? Ayez un ton complice, faites-lui sentir que son avis compte, et personnalisez le plus possible vos publications. (suite…)

6 astuces pour capter l’attention sur les réseaux sociaux

Comment bien rédiger ses messages sur les réseaux sociaux ? Pas si facile ! Car on n’écrit pas sur les réseaux sociaux comme dans un travail universitaire ou dans la gazette du coin. Chaque média a ses propres règles, déterminées par sa nature et par l’attitude des lecteurs face à celui-ci, et je vais vous les présenter.

Les codes d’écriture sur les réseaux sociaux

Voici quelques conseils pour que votre style colle bien aux codes des réseaux sociaux :

  • Allez droit au but, un bon message est court ! Pas de formules de style, pas d’envolées lyriques, ce n’est pas le lieu. La meilleure technique est très bête : faites des phrases courtes en enlevant tous les mots qui ne sont pas essentiels à la compréhension du message. Oui, tout simplement.
  • Soyez proche de vos lecteurs. Le ton est généralement beaucoup plus décontracté sur les réseaux sociaux. Cela ne signifie pas qu’il faille tomber dans la familiarité, adaptez-vous à votre public.
  • Personnalisez au maximum votre message, et adressez-vous directement au lecteur.
  • Évitez le jargon et les termes compliqués : votre message doit être compréhensible pour le plus grand nombre.
  • Soyez positif ! Les formulations négatives alourdissent le message tout en le rendant moins attractif.

Relisez votre prochain message avant de le publier, et vous verrez sans doute qu’en appliquant ces cinq règles de base, vous pourrez l’améliorer et le rendre plus performant.

(suite…)

Revue de presse

réseaux sociaux livreGuide du community manager

Quelques mois après la sortie de mes deux livres sur le community management et les réseaux sociaux, de nombreux articles ont été publiés. Je souhaite par cet article remercier les auteurs de ces articles, souvent élogieux !

  • Digitiz.fr place mon livre en première position dans sa liste des 8 livres à lire sur les réseaux sociaux et le community management. Un grand merci !
  • intothecom.blog le décrit comme un livre « qui regorge de bonne intention et de sagesse ».
  • leconomiste.com qui évoque « un guide complet, concis et facile à lire. Un document sans jargon spécialisé et illustré de nombreux cas concrets. « 
  • retail-distribution.info qui parle d’un ouvrage « simple, mais qui regorge de bonne intention et de sagesse ».
  • notre-siecle.com le considère comme « indispensable pour ceux qui veulent utiliser les réseaux sociaux dans leur communication professionnelle « 
  • harmony-com.fr « aime aller à l’essentiel et le concret. Alors je ne peux que vous recommander cet excellent livre ! »
  • https://captainfreelance.com parle d’un livre qui « vous apportera les clés pour maîtriser et réussir votre communication digitale. »

Encore merci à toutes et tous pour ces articles si positifs !

 

 

Découvrez mon livre « Techniques et astuces incontournables des réseaux sociaux »

C’est avec un immense plaisir que je vous annonce la publication de mon deuxième livre consacré aux réseaux sociaux. Voici la présentation de l’ouvrage, qui je l’espère vous plaira !

réseaux sociaux livreTechniques et astuces incontournables des réseaux sociaux

Attirer de nouveaux clients, augmenter sa notoriété, trouver de nouveaux partenaires…

Les réseaux sociaux sont l’affaire de tous, plus seulement des community managers.

La plupart des entreprises, associations et de nombreux particuliers les gèrent d’ailleurs eux-mêmes, faute de moyens pour faire appel à un professionnel.

Tous ces acteurs ont pleinement conscience du potentiel énorme des réseaux sociaux, pour attirer de nouveaux clients, augmenter leur notoriété ou trouver de nouveaux partenaires.

Vous êtes une TPE/PME, une association ou un blogueur ? Vous êtes étudiant, responsable communication, community manager professionnel ? Les réseaux sociaux sont essentiels pour développer votre activité ?

Alors ce livre vous est destiné !

Illustré d’exemples concrets, il propose une réflexion et des conseils approfondis pour vous approprier et mieux utiliser ces outils numériques.

Vous découvrirez les techniques utilisées par les professionnels de la communication digitale, toutes applicables, quels que soient votre niveau et vos objectifs.

Une véritable boussole pour mieux communiquer sur les réseaux sociaux et dynamiser votre activité !

Vous pouvez commander l’ouvrage sur Amazon.

Sommaire

  • Conseils généraux qui s’appliquent à tous les réseaux sociaux
  • Réussir sur Facebook
  • Réussir sur Twitter
  • Réussir sur Instagram
  • Réussir sur Pinterest
  • Réussir sur LinkedIn
  • Les réseaux sociaux lors d’un événement

Extrait n°1

Maîtrisez la grammaire des réseaux sociaux

Savoir bien écrire sur les réseaux sociaux est une chose, en maîtriser la grammaire spécifique en est une autre. En effet, entre les emojis, les hashtags et les memes, de nombreux éléments nouveaux sont apparus et constituent presque un langage à part.

Beaucoup ou peu de hashtags ?

Le hashtag est un mot clé qui facilite la recherche de l’internaute. Popularisé avec Twitter, il est entré dans la grammaire des réseaux sociaux, sans pour autant que l’on sache vraiment comment l’utiliser. Par exemple, faut-il en placer peu ou beaucoup ? Tout dépend en réalité du réseau social.

Sur Twitter : les études que j’ai consultées indiquent qu’au-delà de trois hashtags, l’engagement diminue. Cela est logique : voir de nombreux # sur un message court rend la lecture pénible. Mais ce qui est vraiment désagréable, ce sont les hashtags utilisés de façon absurde : le hashtag sert à contextualiser votre message et à mettre en valeur ses thèmes principaux. Ne l’utilisez que pour cela. Exemple : « Sur mon blog, petit test du nouvel Iphone, à qui je fais subir des choses plutôt surprenantes… ». Placer un hashtag devant Iphone est logique, à la rigueur devant test et blog. Mais c’est tout. On comprend mieux pourquoi plus de 3 hashtags est mauvais : car cela n’a aucun sens d’écrire #petit et #choses !

Sur Instagram : la logique est ici différente, car sur Instagram le hashtag est un élément essentiel pour rendre son message visible. Encore plus que sur Twitter, car aucun mécanisme de partage n’existe sur Instagram. Vous allez donc essayer de capter l’attention de non-followers par ces fameux hashtags. Soyez donc généreux, et n’hésitez pas à en utiliser plus de 10. Pour ne pas gêner la lecture, placez tous vos hashtags à la fin du message, en sautant des lignes.

Sur Facebook : inutile d’utiliser les hashtags, du moins pour l’instant. Personne ne fait de recherche via les hashtags sur ce réseau, et certaines études montrent même qu’ils ont un impact négatif sur la popularité du message. Sans doute car les utilisateurs de Facebook n’en ont pas l’habitude, et que le # dégrade la qualité de lecture, sans rien apporter en échange.

Sur Pinterest : quelques hashtags suffisent, en ciblant bien les mots essentiels et recherchés par les internautes.

 

Extrait n°2

Le ciblage, la clé du succès

Si au début de ce livre je vous conseillais de bien identifier vos cibles, et même de créer des personas, ce n’est pas par hasard. Toute la difficulté sur Facebook est en effet d’attirer sur vos pages les bonnes personnes. En effet, sur Facebook, la qualité est toujours préférable à la quantité, et les community managers professionnels l’ont bien compris. À quoi sert une cohorte de fans si l’engagement est faible ?

Il faut donc d’abord chercher à obtenir des fans qui correspondent à votre cible : ils liront vos messages, interagiront, cliqueront sur vos liens et pourquoi pas achèteront vos produits.

Vos messages Facebook n’intéressent pas tout le monde ? Ciblez-les !

Sur Facebook, votre communauté ne forme pas un tout homogène. S’il existe forcément un centre d’intérêt commun, les différences, en particulier géographiques, font que vos publications peuvent ne concerner qu’une petite partie de votre communauté.

Imaginez : vous annoncez sur Facebook un concert à Lyon. Pensez-vous vraiment que vos fans normands, voire francophones canadiens, vont s’y intéresser ? Et qui dit faible intérêt, dit peu d’interactions, et donc une portée médiocre. Y compris pour les Lyonnais qui sont concernés au premier chef ! Pire, les personnes non concernées pourraient masquer vos publications ou ne plus liker la page, en particulier si ces messages marqués géographiquement reviennent souvent.

Comment résoudre ce problème ? En utilisant l’outil de ciblage proposé par Facebook lors de la publication des messages. Il s’agit de la petite icône en forme de cible, juste en dessous de votre message. Là, vous pourrez définir avec précision les critères géographiques, mais aussi d’âge, de sexe, de langue et de centres d’intérêt.

Vous le voyez, les possibilités ne s’arrêtent pas à la ville de vos lecteurs ! À vous d’utiliser au mieux cet outil en fonction de vos objectifs, des idées intéressantes peuvent même émerger : pourquoi ne pas proposer deux messages différents, un pour les hommes, un autre pour les femmes, au moment de la Saint-Valentin ? Une approche originale, surtout si vous précisez dans votre message que seuls les hommes/les femmes verront ce message. On peut alors jouer sur l’effet de surprise pour l’autre moitié de la communauté…

Comment faire pour cibler vos messages ?

D’abord, rendez-vous dans les paramètres de votre page. Dans l’onglet général (celui par défaut), allez dans « Audience du fil d’actualité » et « Visibilité des publications ». Cliquez sur « Activer ».

Puis lancez-vous dans la rédaction d’un nouveau message sur votre page. Vous avez désormais une petite icône en forme de cible. Cliquez dessus. Il ne vous reste plus qu’à déterminer les critères de ciblage, que vous devez définir sur mesure en fonction de la nature de votre message.
Si la question du ciblage est récurrente, envisagez d’adapter plus sérieusement votre stratégie social média. Je pense par exemple aux éditions locales des journaux, qui ont souvent une page Facebook spécifique. Et cette nécessaire adaptation vaut aussi pour la langue.

Adaptez la langue de vos messages à vos cibles en fonction de la langue

Vous devez adapter votre texte à vos cibles et à votre communauté, et ce principe de base de la communication inclut la langue de votre interlocuteur : si vos produits touchent un marché international, alors vos messages doivent être dans la bonne langue.
Je remarque souvent une erreur sur Facebook : sur le même message, l’entreprise publie au début en français, puis, ensuite la traduction en anglais. C’est une mauvaise pratique car il est peu probable que les anglophones remarquent que la suite du message leur est destinée. Et cela ne fait pas très pro.

Utilisez plutôt la fonctionnalité Facebook qui permet de publier dans plusieurs langues. Elle est parfaite, car l’internaute verra directement le message dans sa langue, en fonction de la langue dans laquelle il a configuré Facebook.

Première étape : allez sur votre page, puis dans « Paramètre », et enfin « Général » (la catégorie par défaut, ça tombe bien). Puis allez dans « Publier en plusieurs langues », et activez cette option. Facile non ?

Deuxième étape : au moment de publier votre message, vous pouvez modifier la langue par défaut, et surtout ajouter une ou plusieurs autres langues, en cliquant sur « Langue » juste en-dessus de votre message. Les internautes verront s’afficher directement le bon message, selon leur configuration de Facebook.

Petit retour d’expérience : s’il est très tentant de publier des messages dans de nombreuses langues, cela peut vite poser un problème dans les interactions. Vous avez fait traduire en allemand votre publication, mais des réponses en allemand arrivent et comme vous ne parlez pas un mot de cette langue vous allez vous battre avec Google translator pour y répondre. Et encore, j’ai pris l’exemple de l’allemand qui n’est pas le plus compliqué. Imaginez un peu si vous avez tenté le japonais pour toucher de nouveaux marchés, bon courage…

Au pire, un message en anglais a de fortes chances d’être compris par un très grand nombre de personnes sans vous mettre dans ces situations compliquées. Sauf si vous avez à votre disposition une armée de traducteurs, misez donc surtout sur l’anglais. Car sur les réseaux sociaux, il ne s’agit pas seulement de publier des messages, mais surtout d’interagir avec vos lecteurs.

Transformez vos collaborateurs en ambassadeurs social media

Le changement d’algorithme de Facebook limite drastiquement la portée organique des pages des entreprises. Leurs messages sont désormais peu diffusés, car Facebook fait le choix de privilégier les publications des comptes personnels. Pour les community managers, ce changement est évidemment un énorme problème, mais sans doute une opportunité à saisir. En effet, les messages des entreprises, s’ils sont partagés par des utilisateurs, continuent à être visibles. Un des enjeux en 2018 est donc de mobiliser les internautes pour qu’ils partagent vos messages.

Mais vous le faites sans doute déjà ! Et Facebook pénalise désormais les publications qui incitent à l’engagement : la formule « partagez ce message » figurent désormais sur la liste noire…

Et si vous incitiez au partage en-dehors de Facebook, pour contourner ce problème ? Mobilisez vos proches et vos collaborateurs : demandez-leur de partager vos messages à propos de l’événement, afin d’en augmenter la portée. Un ou deux mails suffisent à les sensibiliser. Face à l’affaiblissement des pages Facebook, il devient nécessaire d’inciter l’ensemble des collaborateurs à être actifs sur les réseaux sociaux. Sophie Attia, dans son ouvrage Le social selling, montre bien que tous les commerciaux d’une entreprise doivent avoir une activité sur les réseaux sociaux, pour démultiplier la communication de l’entreprise.

Le rôle du community manager est en train de changer : il doit de plus en plus animer la culture sociale au sein de son entreprise. Il ne peut plus se contenter de publier des messages, il doit accélérer la transformation numérique en interne, et sensibiliser tous les collaborateurs à l’importance des réseaux sociaux. Tout l’enjeu est donc de transformer les collaborateurs en ambassadeurs social media, et plus que jamais le community manager est indispensable pour mener à bien cette mission.

En 2018, commencez par animer votre première communauté : les collègues de votre entreprise !

Pour aller plus loin, découvrez mon Guide du community manager :

Guide du community manager

Facebook : la fin des communautés ?

Fin 2017, Facebook a fait une annonce qui angoisse déjà les community managers : les publications des pages pourraient ne plus figurer dans le fil d’actualité des utilisateurs. Il convient d’abord d’attendre le déploiement effectif de ce changement avant de paniquer, car il s’agit d’un test mené dans six pays. Si les résultats ne sont pas concluants, Facebook pourrait alors faire marche arrière. Et nous sommes nombreux à espérer ce scénario, qui serait catastrophique pour les community managers.

Car cette évolution signerait tout simplement la fin des communautés, élément pourtant majeur dans l’écosystème de Facebook. En effet, les marques auraient alors des pratiques publicitaires similaires à celles sur les autres médias, à savoir acheter de l’espace publicitaire entre deux contenus (exactement comme à la télévision, avec de la pub entre deux programmes). Sans portée organique, il n’y a plus aucun intérêt à créer des liens avec sa communauté. Le rôle du community manager risque donc de changer radicalement. De communicant, il deviendra « marketer », responsable de campagnes publicitaires et de ciblage. Pas sûr d’ailleurs que les community managers aient les compétences pour le faire, car c’est presque un autre métier.

Une autre évolution majeure, avec ou sans ce changement, est le rôle que les individus vont jouer sur les réseaux sociaux, qui sera croissant. Les marques et entreprises vont sans doute s’effacer, au profit des personnes. Le community manager aura donc un rôle différent : mobiliser tous les collaborateurs de l’entreprise pour qu’ils publient avec leurs comptes personnels, et ainsi contourner ce problème. Cela est déjà efficace sur LinkedIn : une entreprise doit inciter tous ses salariés à publier avec leur profil personnel, et à relayer la communication corporate. Sur Facebook, utiliser les profils personnels pour déjouer la fin des pages sera une solution utilisée par certains. Le community manager devra donc mobiliser les troupes et organiser cette riposte.

Enfin, le plus grand risque pour Facebook est de voir les community managers le délaisser, en diversifiant leur présence sur les réseaux sociaux. Ce changement doit servir de signal d’alarme sur la position dominante et quasi-monopolistique de Facebook : il ne faut pas placer tous ses œufs dans le même panier. Commencer dès maintenant à investir sérieusement d’autres réseaux sociaux est une excellente idée. Aller sur Twitter, Instagram, Pinterest et LinkedIn devient impératif, car demain Facebook pourrait devenir 100% payant.

Pour aller plus loin, découvrez mon Guide du community manager :

Guide du community manager