3 façons de pousser vos lecteurs à l’action sur les réseaux sociaux

Vous utilisez les réseaux sociaux pour communiquer, mais votre audience refuse de cliquer sur vos liens ? Voici 3 pratiques très simples à mettre en oeuvre afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Laissez les lecteurs sur leur faim pour qu’ils aillent plus loin

Dans la plupart des cas, votre message sur les réseaux sociaux est un moyen, et non une fin. Il a pour but d’inciter le lecteur à agir : visiter votre site Web, votre catalogue en ligne, à s’inscrire à votre newsletter, à partager… Or, si votre message est complet et offre toute l’information nécessaire, il satisfera l’internaute qui passera à autre chose.

J’ai créé cet exemple de message LinkedIn d’une université qui voudrait séduire de nouveaux étudiants. La formulation est attractive mais volontairement incomplète. L’internaute curieux a envie de cliquer sur le lien pour découvrir la suite. Si les cinq bonnes raisons étaient données dans le message, auriez-vous cliqué ? Moi non !

Une fois le lien cliqué, l’internaute arrive sur le site et découvre les offres de formation. Car on ne s’inscrit pas à une formation directement depuis les réseaux sociaux. Ces derniers ne sont qu’un tremplin pour valoriser le contenu et les offres présentes sur votre site Internet. Considérez donc les réseaux sociaux comme une première étape dans votre tunnel de vente.

Idem pour Libération, qui relaie son article sans pour autant révéler les dix fameuses conditions évoquées. L’internaute intéressé par le sujet devra cliquer.

Un bon message est donc un message incomplet : être perfectionniste est une erreur sur les réseaux sociaux, car vous devez volontairement cacher des éléments de façon à provoquer l’action du lecteur.

Cette technique ne vaut pas dans tous les cas :

  • Si vous souhaitez informer d’un changement d’horaire d’ouverture par exemple : le but n’est pas de générer du trafic Web, mais bien de diffuser l’information.
  • Si l’objectif du message concerne votre image ou votre notoriété : votre marque améliore la composition de ses produits et les rend plus écologiques ? Alors le but sera d’abord de bien faire passer le message, directement via Facebook s’il le faut.
  • Il faut bien réfléchir en amont au message que vous souhaitez faire passer, et surtout à son objectif, car la forme de votre message en dépendra.
  • Si des messages incomplets sont efficaces pour faire agir le lecteur, il existe d’autres leviers, plus positifs cette fois.

Être positif et optimiste : des leviers pour faire agir les lecteurs

Sur les réseaux sociaux, il existe trois grands types de tonalités. La première catégorie concerne les messages neutres, purement informatifs, sans émotion. Ils sont généralement à proscrire, sauf si vous abordez un sujet délicat. Vos lecteurs attendent rarement des contenus froids et sans âme, car ils se connectent à Facebook ou à Twitter pour ressentir des émotions.

La deuxième catégorie : les messages à tonalité négative. Ils pullulent jusqu’à l’écoeurement, chacun allant de sa petite indignation provoquant des tempêtes de hashtags pendant quelques heures, avant de passer à l’indignation suivante… S’il est parfois bon d’exprimer sa colère, elle doit rester exceptionnelle et justifiée. Une certaine lassitude commence d’ailleurs à pointer le bout de son nez de la part des internautes, saturés de coups de gueule bon marché.

Enfin, la troisième et dernière catégorie rassemble les messages positifs, optimistes. Ils sont clairement le meilleur choix. Notre époque est parfois morose, et vos fans ou followers préfèrent toujours un contenu qui les sorte de la déprime ambiante. D’ailleurs, tenir un discours positif est en soi une façon de sortir du lot, car les commentaires négatifs sont très nombreux.

J’ai créé ce message LinkedIn pour une entreprise qui souhaiterait attirer de nouveaux collaborateurs sensibles au numérique. Dedans, j’utilise le ressort de l’optimisme pour inciter le lecteur à l’action. Les changements, qui peuvent être source de stress, sont ici présentés comme des opportunités. Cette façon positive de voir les choses introduit l’appel à l’action « Rejoignez-nous ! ».

En résumé, les sentiments positifs sont d’excellents leviers pour pousser les internautes à agir. En effet, l’optimisme est une marque de confiance en l’avenir, et les call to action visent précisément une action à venir. Au contraire, le négatif est statique, il ressasse le passé et freine toute action.

Idem pour l’exemple suivant, qui donne envie aux internautes de suivre la compétition. Je l’ai choisi car ici la tonalité positive est très communicative (« nous aurons le plaisir »). On ressent tout de suite la passion des commentateurs de la Web TV, qui veulent « embarquer » les fans avec eux. Car oui, la bonne humeur est contagieuse.

Message Facebook d’Ogaming TV du 21 novembre 2017, rédigé par Timo Verdeil (https://www.facebook.com/OGamingTV)

Le plus dur est parfois de trouver du positif. Si vous relayez une information négative, ne cachez pas la vérité, mais essayez quand même de trouver un aspect prometteur ou encourageant, afin de donner une coloration plus nuancée à votre message. Essayez aussi d’identifier un prochain événement qui pourrait changer la donne ou apporter de l’espoir, afin de tourner vos lecteurs vers l’avenir.

Vous subirez sans doute quelques railleries de la part d’une minorité, se moquant de votre façon de voir la vie en rose. Mais cela vaut aussi dans la « vraie vie » : voir le bon côté des choses fait de vous un « bisounours », et pourtant cela rend les choses beaucoup plus faciles. J’ai fait ce choix depuis un petit moment déjà…

Attention toutefois à ne pas tomber dans l’euphorie, votre optimisme doit rester mesuré. Ne voyez pas le verre plein, voyez-le à moitié plein. Mais surtout pas à moitié vide ! Ainsi vous parviendrez à diffuser un discours positif propice à l’action, qui reste votre objectif principal.

Incitez clairement à l’action

Ce conseil est sans doute l’un des plus importants : vous devez dire aux internautes ce que vous attendez d’eux. En effet, votre présence sur les réseaux sociaux se justifie par vos objectifs : vendre davantage, faire découvrir vos produits, réaliser des devis, générer des inscriptions, accroître le trafic sur votre site Web…

Or, tous les spécialistes du webmarketing le savent, vous réaliserez ces objectifs en plaçant systématiquement des call to action, ou appels à l’action en français.

Dans l’idéal chaque message doit comporter ce type d’incitation à l’action. J’ai créé ici un exemple simple pour un tweet d’une Fédération sportive qui chercherait à faire venir des spectateurs lors du prochain match. Je ne me contente pas d’annoncer la rencontre, je propose clairement un lien pour réserver son billet.

Ce qui est très étonnant avec cette technique, c’est qu’elle marche. Pour faire agir les internautes, le meilleur moyen est vraiment de leur demander, et de leur dire quoi faire. Pensez donc à proposer une action, avec une formule dynamique et un lien qui permet de la réaliser en toute simplicité.

réseaux sociaux livre

 

 

Découvrez de nombreuses autres astuces et techniques dans mon livre !

 

 

 

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s